Chroniques, Thrillers, Thrillers psychologiques

Une seconde de trop, Linda Green

Et je comprends que je n’ai pas été réveillée par un mauvais rêve. J’ai simplement fini par m’endormir au milieu du cauchemar qu’est devenu mon quotidien.

Une seconde de trop

Une seconde de trop, Linda Green, Préludes, à paraître le 23/05/2018

Résumé éditeur :

Une seconde de trop et vous perdez tout. Un, deux, trois… Lisa Dale ferme les yeux et compte jusqu’à cent lors d’une partie de cache-cache avec sa fille. Lorsqu’elle les rouvre, Ella, quatre ans, a disparu. Sans laisser la moindre trace. La police, les médias et la famille de Lisa font corps pour retrouver la fillette. Mais si leur instinct les éloignait d’Ella ? Et si le ravisseur était connu d’eux tous ? Suspense psychologique addictif, Une seconde de trop explore la culpabilité d’une mère et le cauchemar de tout parent : la disparition d’un enfant. Numéro un des ventes dès sa parution, et acclamé par la presse, ce roman vous glacera le sang. Une lecture puissante dont vous ne sortirez pas indemne.

***

Une seconde de trop, pour l’amour du Ciel.

Il suffit parfois de moins d’une seconde pour voir basculer le cours de sa vie. Une seconde et le pire peut se produire. C’est ce qui va arriver à Lisa qui joue avec sa fille Ella, quatre ans, au parc. Elle lui tourne le dos quelques instants pour répondre à un coup de téléphone professionnel, et Ella disparait. Commencent alors de longues heures, de longs jours d’angoisse, de cauchemar, pendant lesquels tous les scénarios sont envisagés par les parents et par la police. La famille est anéantie.

Tout ce que j’ai, c’est une douleur au plus profond de mon être, une sensation comme une nausée matinale, et le lit vide où dormait ma fille.

Dans ce roman à plusieurs voix, nous alternons les chapitres racontés par Lisa, la mère, Muriel, la ravisseuse, et Matthew, le fils de cette dernière. Pas de suspense sur l’endroit où est cachée Ella mais un portrait psychologique de sa kidnappeuse extrêmement intéressant. L’auteure nous décrit son raisonnement de façon très précise, et on distingue rapidement son état de folie. En parallèle, Matthew nous dresse le portrait de sa mère depuis son enfance, et on comprend qu’il s’agit d’une personnalité très complexe, maniaque, et surtout une mère qui se veut parfaite.

De nos jours, trop peu de gens sont prêts à faire leur devoir de citoyen. Tout le monde détourne la tête et se dépêche d’emprunter le trottoir opposé. Non que je ne cherche des remerciements, je faisais simplement ce qui est juste et bien. Et dès qu’on l’aura compris, je rendrai l’enfant. Pas à sa mère, naturellement, car à ce stade, celle-ci aura été jugée indigne d’assumer son rôle, mais aux autorités. A elles de décider ce qu’elles feront de l’enfant. Pour l’instant, moi, je suis sa gardienne. Et en tant que telle, il est de mon devoir de prendre soin d’elle comme il se doit.

Au moment de l’enlèvement, elle projette de rendre rapidement la fillette à la police mais elle se rend compte que ce n’est pas aussi facile. Car finalement, Muriel a enlevé Ella, sur une pulsion, pour la protéger, et surtout parce qu’elle estimait que sa mère n’était pas apte à s’occuper correctement d’elle. En effet, elle estime que celle-ci ne mérite pas d’être mère, et elle décide alors de veiller à l’éducation d’Ella, qu’elle souhaite devenir le double de son fils. Elle confond souvent la petite fille avec son fils. Elle n’est pas tout le temps gentille avec elle, mais elle agit pour le bien de la petite fille. Elle compense ces moments avec d’autres où elle pense lui faire plaisir. Et cela fonctionne, même si Ella réclame souvent ses parents.

Je la regarde et détourne la tête sans répondre. Une cruauté nécessaire pour être gentille. Etre cruelle pour être gentille.

A l’heure du coucher, elle pleure moins que les deux jours précédents. Une dizaine de minutes de moins, mais c’est déjà quelque chose. Elle commence à l’accepter. Accepter l’idée que sa place est ici, avec moi. Petit à petit, sa résistance faiblira.

Les passages où nous sommes avec Lisa nous montre la détresse de cette famille à qui on a arraché un enfant. On se rend compte que les relations sont complètement bouleversées en de telles circonstances. Il faut protéger les frère et sœur. Il est difficile alors de se comprendre et d’agir comme les autres le voudraient. On ressent aussi beaucoup la culpabilité de la mère qui n’a pas su veiller sur son enfant et son impuissance pour la retrouver. En tant que mère, j’ai été très touchée par ce personnage, qui se veut fort pour éviter que toute sa famille sombre mais qui en même temps ne sait pas quoi faire pour aller de l’avant, à part attendre l’avancée de l’enquête de la police. Lisa garde ses craintes pour elle pour protéger les autres.

L’eau bout et la vapeur qui s’échappe de la bouilloire me donne l’impression de sortir de mes oreilles. Encore une fois, j’ai envie de hurler à pleins poumons, un hurlement monstrueux comme celui que j’ai poussé dans le parc. Mais je peux pas, je réveillerai Otis.

Si le sujet est très sensible mais aussi très classique des thrillers, ce qui est vraiment intéressant dans ce roman, ce sont les portraits psychologiques des personnages. L’auteure en fait sa priorité. La tension monte au fur et à mesure que l’on sent la folie qui anime Muriel. Et on a peur avec Lisa et sa famille. Un thriller vraiment intéressant puisque l’on est autant dans la tête de la ravisseuse que dans celle de la mère.

En bref, je dirai qu’il s’agit d’un thriller psychologique somme toute assez classique mais très bien écrit et addictif. On tourne les pages sans s’en rendre compte malgré le manque de réelles surprises. Un bon page-turner psychologique !

Merci aux éditions Préludes et à Netgalleyfrance pour cette lecture en avant-première.

Ma note : 16/20

Je suis capable de m’en sortir. Je peux la rendre heureuse. Je peux être la mère dont elle a besoin. Et elle a effectivement besoin de moi. Même si elle ne le sait pas encore.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s