Chroniques, Thrillers

Thérianthrope, Michael Fenris

Il vivrait animal, parmi les animaux, ne faisant qu’un avec la nature, et plus jamais personne n’entendrait parler de lui.

Thérianthrope.jpgThérianthrope, Michael Fenris
Editions Prisma, 2018

Présentation éditeur :

Quand il part en chasse, les cadavres s’accumulent… 
Comment arrêter un serial killer qui se prend pour un loup-garou ? 
Un thriller d’une efficacité à couper le souffle.
L’inspecteur Ernesto Guzman espérait finir sa carrière tranquillement. Il réalise que la retraite va devoir attendre quand on l’envoie sur une scène de crime particulièrement sordide : la victime a été massacrée mais, surtout, en partie dévorée par son assassin…
Alors que les cadavres affreusement mutilés s’accumulent, l’identité du serial killer ne fait plus aucun doute : Mitchell Hiker, ancien garde forestier tout juste échappé d’un asile psychiatrique. L’homme est persuadé d’être un loup-garou, et une petite voix dans sa tête lui souffle de tuer.
La traque va commencer.

****

C’est la couverture qui m’a donné envie de découvrir ce livre. Cette silhouette dans la forêt, revêtue d’un chaperon rouge, cela interpelle. Le titre aussi, attire l’attention. Sans en être certaine, il me semblait qu’il s’agirait d’une histoire de transformation en animal (en lien avec un chaperon rouge, probablement s’agirait-il d’un loup-garou.)

Le roman débute directement avec la disparition d’une infirmière. Disparition simultanée avec l’un des patients de l’hôpital. Commence alors une traque. Au fur et à mesure que les enquêteurs remontent la piste du meurtrier présumés, des corps sont retrouvés, dans des états dont je vous passerai les détails.

J’ai mis beaucoup de temps à véritablement entré dans l’histoire. Il me semblait que les enquêteurs avançaient facilement. Sans vraiment chercher, ils trouvaient la piste à suivre. Tout s’enchaînait rapidement et aisément, même si les enquêteurs avaient toujours un train de retard sur le meurtrier. Puis vers le milieu du livre environ, j’ai commencé à être complètement happée par l’histoire. Tout s’est accéléré. Le suspense était là.

Le côté surnaturel qui m’avait attirée avant ma lecture, m’a finalement d’abord un peu effrayée et puis en fin de compte, je me suis laissée prendre au jeu. J’avais envie de savoir ce qui se cachait derrière cette bête meurtrière. Est-ce vraiment un loup-garou ? Ou s’agit-il d’une bête sauvage ? A chaque chapitre, chaque étape de l’enquête, tous les doutes sont permis.

Elle regarda malgré elle dans la direction indiquée. Vit la silhouette dressée en ombre chinoise sur le pas de la porte, les petits yeux jaunes, le mufle de chimère mi-animal mi-être humain. Sa bouche s’arrondit en un cri de terreur muette et de totale incompréhension.

Par contre, les personnages sont peut-être un peu caricaturaux pour certains. Dave Tosaga, arrivé en renfort est très sûr de lui. Arrogant et pédant, il ne fait confiance qu’à lui-même. A l’inverse, le vieil inspecteur local Guzman est plus humain, plus attentif aux personnes qu’il rencontre. Leurs deux personnalités contrastent pour un rendu tour à tour agaçant et efficace.

Concernant la fin, je ne vous la dévoilerai pas bien entendu ! Je vous dirai juste qu’elle m’a vraiment surprise. Je n’avais pas imaginé une telle révélation. Michael Fenris m’a bien eue ! A l’écriture de cet avis, je me la remémore et vraiment je n’avais rien vu venir , j’ai été bluffée !

En somme, Thérianthrope est une revisite moderne et pleine de liberté du conte du Petit Chaperon Rouge. Michael Fenris s’en éloigne souvent, tout en gardant une certaine trame. On y retrouve les éléments incontournables du conte célèbre, mais associé à un décor actuel. Le tout donne un thriller au suspense bien dosé, et fait travailler l’imagination.

Et cette voix dans sa tête, qui lui parlait d’une petite fille, qui lui disait de se mettre en route, de venir la rejoindre, mais rejoindre qui ? Il avait peur, mais la voix lui disait de ne pas avoir peur, parce qu’il était fort, et dans un sens elle était rassurante, cette voix,  et apaisante, et oui il était fort car il était un loup-garou.

En bref, Thérianthrope est un thriller au thème original, dans lequel j’ai d’abord eu un peu de mal à entrer, mais qui aura finalement su me surprendre par le déroulé des actions mais surtout par sa révélation finale.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s