Chroniques, Thrillers

Juste avant de mourir – S. K. Tremayne

Silhouettes noires. Yeux noirs.

Juste avant de mourir.jpg

Juste avant de mourir, S. K. Tremayne
Presses de la Cité, 2019
Traduction : Isabelle Maillet

Présentation éditeur :

Pourquoi tu m’as fait ça, maman ?

Kath, Adam et leur petite Lyla, intelligente mais renfermée, habitent une ancienne ferme isolée en plein milieu de la lande, dans le Devon. Un jour, Kath se réveille aux urgences après avoir été victime d’un grave accident de voiture. Elle n’a aucun souvenir des circonstances l’ayant conduite au drame. De retour chez elle, choquée mais heureuse de retrouver sa famille, elle déchante vite : Lyla dessine d’étranges motifs et répète qu’elle voit un homme sur la lande. Quant à Adam, il paraît en vouloir terriblement à son épouse, pour une raison que cette dernière ne s’explique pas. Autour de la maison, Kath tombe sur des mises en scène macabres… Alors que le comportement de Lyla devient de plus en plus inquiétant, Kath apprend que c’est en essayant de se suicider qu’elle a fini à l’hôpital. C’est le choc. Et le début de flash-backs angoissants qui vont la conduire elle aussi vers cet inconnu qui hante la lande. 

***

Merci aux Presses de la Cité et au site Bepolar pour cette lecture.
#avispolar

***

Kath a eu un accident. Sa voiture a plongé dans le lac. Mais Kath n’a aucun souvenir de ce qu’il s’est passé. Elle ne se souvient pas des moments précédant l’accident. Sa mémoire a tout occulté. Que s’est-il passé ? Pourquoi sa fille Lyla et son mari Adam semblent lui en vouloir ? Quand le comportement de Lyla devient étrange, et qu’elle aligne des cadavres d’oiseaux,  Adam  lui révèle qu’elle a tenté de se suicider… Les souvenirs vont revenir au compte-goutte, Kath va devoir mener l’enquête.

Dès les premiers chapitres, l’ambiance est glauque. Tout est flou et mystérieux parce qu’on est avec Kath, qui est dans le trouble. On apprend les informations en même temps qu’elle. L’atmosphère familiale est sombre, le climat tendu. On ressent quelque chose de malsain. Il y a des silences et des non-dits dans cette famille. On la sent sur le point de se déchirer. On ne comprend pas tout.

Dans mon esprit se télescopent des voix et des visions d’horreur. C’est le chaos, comme dans ces représentations médiévales de l’enfer, avec des démons dans un coin, qui donnent des coups de fourche aux pécheurs – à ceux qui ont attenté à leur vie.

Pour être vraiment honnête, je n’avais pas lu le Doute, le thriller pour lequel S. K. Tremayne est plus connu. J’ai donc ouvert ce livre sans attente particulière. J’ai eu beaucoup de mal à entrer dans l’histoire. J’ai décroché, beaucoup. J’ai reposé le livre, oublié de le reprendre. Puis vers la moitié environ, j’ai commencé à trouver l’intrigue plus intéressante. Le rythme s’accélère, tout s’enchaîne. Mais la fin m’a vraiment déçue. je l’ai trouvée très improbable, tiré par les cheveux. Quand c’est trop, c’est trop.

A l’inverse, pour parler du positif, j’ai beaucoup aimé le décor de ce roman. La lande accentue l’impression de mystère. C’est brumeux, humide. Cela renforce l’idée que quelque chose d’étrange se prépare. L’environnement prend une dimension hantée.

Dans l’ombre, les arbres dénudés et couverts de mousse semblent se rapprocher tout doucement de nous. Leurs ramures tendues vers le ciel crépusculaire m’évoquent des mains implorantes.

Un autre point positif de ce thriller, c’est le personnage de Lyla. La petite fille est très attachante, très intelligente. Son syndrome d’Asperger lui confère une personnalité originale et étrange en même temps que fascinante. Elle est à mon sens le personnage le plus intéressant et important.

Et enfin, un autre point qui m’a interpellée, c’est l’idée de faire resurgir les souvenirs par l’intermédiaire des odeurs. Les flash-backs de Kath apparaissent dans des situations où elle sent des odeurs particulières. C’est vraiment une piste très bonne et intéressante. C’est vraiment dommage que l’auteur ne l’ait pas plus exploitée, cela aurait mérité d’être creusé plus en profondeur.

Les images sont d’une incroyable netteté, car l’odorat est intimement lié aux souvenirs. Les odeurs font resurgir des réminiscences.

En bref, mon avis sur Juste avant de mourir est assez mitigé. J’ai aimé le décor et l’ambiance mais je n’ai pas été convaincue par l’intrigue. On se demande longuement où l’auteur nous emmène, et la fin est trop farfelue à mon goût. Je pense lire Le Doute pour me faire une meilleure idée de l’auteur.

 

 

 

 

 

Publicités

6 réflexions au sujet de “Juste avant de mourir – S. K. Tremayne”

  1. Ta chronique ne m’engage pas tellement à lire ce livre ! Si il faut attendre la moitié du roman pour éprouver un peu d’intérêt puis être déçue à la fin…. 😕

    J'aime

Répondre à ellemlire Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s