Chroniques, Littérature jeunesse

Quand vient la vague, Manon Fargetton et Jean-Christophe Tixier

En me réveillant ce matin, j’avais peur que des larmes mouillent mes yeux au moment de partir. J’ai lu quelque part qu’un amputé peut ressentir le membre absent, voire éprouver de la douleur là où il n’y a que le vide. Ce n’est pas mon cas, je laisse derrière moi le lieu où j’ai grandi, sans que cela provoque la moindre souffrance, et ça me soulage.

Quand-vient-la-vague_3924

Quand vient la vague, Manon Fargetton X Jean-Christophe Tixier, Rageot éditions, 2018

Résumé éditeur :

Bouleversée, Nina quitte la maison familiale et jette ses clés dans une bouche d’égout… Quelques mois plus tard, Clément, son frère, se met à sa recherche. De Lacanau à Bordeaux puis Paris, il découvre la raison de sa fuite, ces « vagues » qui l’ont submergée, l’obligeant à tout quitter…

***

J’ai d’abord été attirée par le titre et surtout par la couverture de ce roman que je trouve superbe ! Je me suis ensuite penchée sur le sujet traité par ce livre qui me semblait très intéressant. Mais surtout j’étais intriguée par le fait que ce soit une écriture à quatre mains. Voilà qui augurait une bonne lecture !

Plusieurs mois après la disparition de sa sœur Nina, Clément cherche à comprendre ce qui s’est passé pour qu’elle en arrive à tout quitter et à s’enfuir sans laisser de traces. Est-elle morte ? Est-elle partie loin de cette vie ? Mais surtout, pourquoi ? Au fil des pages, il va faire des découvertes, tenter de s’immiscer dans les pensées et sentiments de sa sœur les dernières semaines avant sa disparition, afin de comprendre ce qui la tourmentait pour remonter la piste et espérer la retrouver. Le Clément de la fin du roman ne sera plus le même que le Clément du début, il va grandir au fil des pages, mûrir aussi.

Son regard dérive le long du rivage. Clément aime l’océan. Il fait partie de lui, court dans ses veines. Et pourtant, il ne représente plus tout à fait le même refuge depuis que sa grande sœur, Nina, a disparu.
Il y a dix mois.
Pile.

Le roman est construit en de plus ou moins courts chapitres alternant les points de vue de Nina et de son frère Clément. Les deux plumes des auteurs s’harmonisent parfaitement, l’écriture et le style sont très fluides et agréables à lire, mais la tension est palpable tout au long du récit : quelle vague a bien pu emporter Nina ?

Un roman qui interroge sur les secrets, les non-dits dans les familles d’apparence banale. Un roman très touchant aussi, une vague d’émotions pour le lecteur emporté dans les méandres de l’adolescence, avec toutes les questions et découvertes que cette période occasionne.

Merci aux éditions Rageot et au site Netgalley d’avoir mis cet ebook à ma disposition.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s